Chirurgie accomplissement tunisie

Le blog de la chirurgie esthétique en Tunisie

Chirurgie 1 et 2

le 17 décembre 2013

peau qui pend obesite

Petites causes, grands effets. Nous connaissons l’adage. Il est pertinent pour beaucoup de choses, il l’est donc pour ce qui est relatif à notre santé, à notre équilibre et à notre bien-être. Partons d’une situation de départ : soit la mise en place non réfléchie d’habitudes alimentaires désastreuses. L’inscription dans les habitus d’existence met la personne en surpoids, puis peut l’amener en situation d’obésité.

C’est une phase typique de causalité englobante, traduisible par « l’effet boule de neige. » La question de la solution peut avoir lieu à l’issue d’un processus assez long d’irréalisation du problème (c’est assez rare) , le plus souvent, la personne prend conscience du problème ou en est informé par un tiers.

Mais peu importe la date du signal. Si il y a quelque chose, il faut encore attendre le processus de maturation parfois long qui conduit à la prise de décision. Et en la matière, il y a parfois peu d’alternatives à la chirurgie bariatrique. C’est quoi ? Ce sont justement des solutions médicales destinées à juguler à la fois les comportements causaux et ses conséquences.

Ces dispositifs traitent les mécanismes de la satiété et vont donc une fois être en place agir de façon continue sur la manifestation physique de l’obésité, le poids et la masse grasse.

Fin du premier processus. Sauf que la dilution progressive des surcharges a une nouvelle incidence. Elle détériore la qualité de la peau, c’est-à-dire que l’ancien obèse se retrouve avec des sangles abimées, de la peau en excès et tombante, un cauchemar esthétique qui peut être surinvesti psychologiquement comme une redite de l’inadéquation du corps à l’esprit.

Le cycle reprend. La solution va être une deuxième approche médicale destinée cette fois à traiter les surcharges cutanées par l’intermédiaire d’une chirurgie plastique de l’abdomen , un lifting crural pour les membres supérieurs (bras ) ou inférieurs, les cuisses.

Ce processus, qui est un cycle, et qui pourrait être communiqué schématiquement sous cette forme, doit être dans l’esprit des parents, des enseignants, de la santé scolaire. Bien entendu que l’obésité fait craindre l’apparition de maladies handicapantes, mais elle génère en plus une aliénation au fait médical itérant tout à fait perturbant dans une vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :